Vous travaillez vraiment fort pour attirer vos clients potentiels sur votre liste de diffusion et encore davantage pour les conserver, pourtant c’est en moyenne 1 abonné-e sur 5 qui ne reçoit pas vos infolettres. POURQUOI!? Parce qu’elles sont considérées comme des SPAMS ou pourriels en français.

Tout se passe au niveau des fournisseurs de messagerie qui utilisent des algorithmes de plus en plus sévères pour éliminer les courriels promotionnels des boîtes de leurs clients. Certains sont plus rigoureux, comme Gmail et d’autres plus chaotiques, comme Outlook. Avec de la chance, vous atterrissez dans la boîte « promotion » ou « autres », mais ce n’est pas vraiment mieux.

Les filtres des pourriels vont traquer les actions posées par vos destinataires. S’ils se rendent compte que vos abonnés-es n’ouvrent jamais vos courriels et/ou les suppriment automatiquement, ils vont utiliser ces données contre vous et vous jeter aux lions. Au contraire, s’ils voient que vos courriels ont un bon taux d’ouverture, que les gens y répondent, les transfèrent et les conserves, vous serez dans les bonnes grâces.

Deux solutions s’offrent alors à vous. Éviter de tomber dans les pourriels ou tenter d’en sortir. Voici les éléments à observer lors de la rédaction et de l’envoi de vos infolettres.

Photo d'un ordinateur portable et d'une pile de livre par @christineashleydonaldson avec un bloc de texte par dessus écrit "spams comment éviter d'y tomber ou comment en sortir"
Pin cet article pour le relire la prochaine fois que tu rédiges une infolettre!

Votre courriel d’envoi doit être légitime

D’abord, utilisez une adresse courriel d’entreprise professionnelle comme contactinfosupportvotrenom; oubliez les courriels de type « noreply ». Les noms de domaine d’entreprises sont aussi mieux reçus, tel que info@votreentreprise.com. Votre infolettre sera davantage prise au sérieux.

Ne mentez jamais sur le nom d’envoi (DE / FROM), induire en erreur vos abonnés-es ne vous méritera rien de bon. Aussi, ne pas mettre son adresse postale en pied de page sera considérée étrange par les fournisseurs de messagerie, en plus de contrevenir à la loi qui vous l’oblige. Si vous travaillez de la maison et ne voulez pas rendre votre adresse publique, procurez-vous une boîte postale.

Certains mots peuvent vous nuire

Que ce soit dans l’objet ou le contenu de votre message, certains mots sont à proscrire, parce qu’ils font partie des plus utilisés par les spammeurs. Avec les années, les fournisseurs ont appris à les détecter et à analyser ces courriels comme des arnaques.

N’utilisez pas des tournures de phrases qui donnent l’impression que votre infolettre est une infopub.

EXEMPLES
Concours de dernière minute! / Ne ratez pas…! / Beaucoup d’argent à gagner! / NE MANQUEZ PAS (telle affaire)! / Tellement sexy, vous n’en reviendrez pas! / SOLDES!!! SOLDES!!! SOLDES!!! / Perdez 10 lbs en une fin de semaine! / Etc.

Si vous sentez le besoin de mettre des points d’exclamation à toutes les phrases, c’est déjà mauvais signe. Écrire tout son texte en majuscule, aussi, c’est douteux et les comptes fournisseurs s’en rendent compte.

Voici les quatre grands éléments à vérifier lors de l’utilisation des mots spammeurs.

1/ L’orthographe

Si la moitié des mots sont mal écrits et que les phrases ne respectent aucune syntaxe, les algorithmes des messageries pourront croire que le courriel est carrément une arnaque. Il semble manquer des mots, aucune majuscule en début de phrase, pas de point, trop de points, pas d’espace, etc. Bang! Dans les spams!

2/ La quantité

Si vous souhaitez parler d’une offre à vos clients et que vous mentionnez « offre spéciale » dans le sujet et ensuite toutes ces phrases dans le contenu : « 75% de rabais + pour un temps limité + économisez + quelle opportunité, etc. » Vous comprenez? C’est beaucoup dans un même courriel et en plus vous avez sans doute placé un ou deux mots dangereux par paragraphe.

3/ L’emplacement dans le courriel

Les fournisseurs observent davantage l’objet, puis les premières et dernières phrases du contenu. Si ces phrases clés sonnent comme du spam, elles seront traitées comme telles.

4/ La personnalisation

Si votre courriel contient le prénom du destinateur et du destinataire, l’algorithme commencera à croire que vous vous connaissez réellement. N’hésitez pas à inclure des tags de personnalisation dans votre infolettre et parfois dans le sujet. La formule de salutation est donc aussi importante : salut, bonjour, au revoir, à bientôt, à demain, etc.

Pour des exemples, je vous réfère à cette liste de mots dangereux à ne pas utiliser (ou raisonnablement).

L’objet du courriel en dit long

L’objet est la porte d’entrée de votre courriel, donc le pire endroit où mettre des mots dangereux, surtout si votre titre est louche ou clickbait. Vous vous dites peut-être que cela vous vaudra un meilleur taux d’ouverture, mais si votre courriel ne se rend pas dans la boîte prioritaire de vos abonnés-es, vous aurez manqué votre cible.

Trop d’hyperliens, c’est louche

Comme je vous le mentionne souvent, une infolettre ne devrait contenir qu’un seul appel à l’action, gigamax, trois. Ce qui veut dire qu’on ne devrait trouver qu’entre un et trois liens cliquables qui mènent à l’extérieur de votre infolettre. Cela inclut les liens cachés dans les images et les icônes de réseaux sociaux. Les hyperliens sont considérés comme de la promotion.

Trop de liens = spam

Concernant vos liens sociaux, consolez-vous, de un, les gens pourront facilement les trouver sur votre site web et, de deux, s’ils sont déjà dans votre infolettre, c’est honnêtement la seule chose dont vous avez besoin.

Pour les liens choisis, inscrivez-les dans du texte à cliquer, plutôt que de copier une longue adresse URL pas belle. Minimisez la quantité des liens dans votre infolettre. Vos abonnés-es vous remercieront.

Votre infolettre n’est pas un album photo

Vos abonnés-es s’inscrivent pour recevoir du contenu de qualité, du contenu intéressant. Si vous placardez votre courriel d’images, il ne reste guère d’espace pour le contenu texte. Attention à la quantité d’images que vous insérez dans vos infolettres, parce qu’il est difficile pour les filtres de pourriels d’en comprendre le contenu, les spammeurs les utilisent à profusion.

Lorsque vous envoyez des courriels contenant des images, assurez-vous que leur taille ne soit pas trop élevée, votre infolettre ne sera pas mise dans les spams automatiquement, mais envoyer de lourds courriels est un peu étrange pour une entreprise.

Essayez de mettre le moins d’images possible et de ne pas en faire votre message principal, surtout que certaines personnes ne pourront pas les télécharger et ne les verront donc pas.

Et tant qu’à y être, assurez-vous que vous utilisez un gestionnaire de marketing par courriel qui vous permet l’envoi de courriel qui s’adapte bien aux écrans de mobiles.

Votre lead magnet attire-t-il les bonnes personnes sur votre infolettre?

Évidemment, pour éviter les désabonnements, assurez-vous que les personnes qui sont inscrites à votre infolettre sont vraiment intéressées par ce que vous avez à dire et ce que vous vendez, sinon elles quitteront le groupe.

Offrez un lead magnet (cadeau gratuit en échange d’un courriel) qui attirera le bon public cible, sans quoi vous vous retrouvez avec des désabonnements en chaîne. La qualité, c’est-à-dire à quel point votre cadeau est utile, est très importante, car vous ne voulez pas non plus un hit-and-run (je m’abonne, je prends, je quitte).

Qui s’inscrit peut se désinscrire

/ Inscription et consentement

Nul besoin de vous rappeler que la loi vous oblige à obtenir le consentement de chaque personne avant l’inscription. C’est pourquoi vous DEVEZ, je ne vous laisse même pas le choix!, vous devez mettre en place une boîte de capture de courriel (ou plusieurs) pour votre entreprise.

/ Tactique anti-pirate

Chaque abonné-e aura donc personnellement posé l’action de s’inscrire et vous pouvez faire encore mieux en activant la double authentification avec le bouton « veuillez confirmer votre inscription ».

Ainsi, si un robot/pirate s’abonne à votre infolettre, il ne sera pas en mesure de confirmer son adhésion. Parlant des robots, plus il y en aura dans votre liste de diffusion, plus vous aurez des rebonds (bounce) ou des courriels autosupprimés (cleaned) par votre gestionnaire de marketing par courriel, et donc, plus vous serez considéré comme un spammeur.

/ Désabonnement

La loi vous oblige également à fournir un moyen pour se désinscrire dans chaque courriel, donc vous n’avez pas le choix. Je vous dirais même, ne tentez pas cacher le lien de désabonnement en mettant beaucoup de texte en pied de page ou en mettant le lien de la même couleur que le fond.

Rendez-le tout facile, ne faites pas en sorte que la personne ait besoin de cliquer sur 42 liens avant d’y parvenir. Une personne qui aura du mal à se désabonner sera mécontente et lorsqu’elle réussira à partir, elle pourrait dénoncer vos pratiques.

Si vous souhaitez recevoir des commentaires pour savoir pourquoi la personne veut se désabonner, qu’est-ce qu’elle n’a pas aimé, etc., posez la question APRÈS qu’elle se soit désinscrite, pas avant, évitez de retenir les gens à tout prix. S’ils veulent partir, ils ne sont pas vos clients cibles et tant pis.

Une liste de diffusion en santé par jour vous éloigne des spams pour toujours

/ Prenez soin de vos listes

N’achetez jamais de liste à une entreprise et ne parlez pas à une vieille liste. Les gens qui ne vous connaissent pas ou qui ne se souviennent plus de vous augmenteront vos chances d’obtenir de multiples désabonnements marqués « je ne me suis jamais inscrit », ou pire « ceci est du spam ».

GIF of Emma Watson saying her quote "or worse expelled" in Harry Potter
Source : Giphy

Au besoin, une ou deux fois par année, faites-le ménage de votre liste vous-même, gardez-la en forme, filtrez les abonnés-es qui n’ont rien ouvert ou rien cliqué depuis des mois et supprimez-les vous-même. Ça fait peur! Je sais. Mais…

S’il n’y a que le deux tiers de votre liste qui consultent réellement vos envois, le tiers restant ne vous sert à rien, sauf à renflouer le prix de votre forfait de gestionnaire de marketing par courriel et à augmenter vos chances de tomber dans les spams.

/ Segmentez aussi souvent que possible

Je vous invite aussi à segmenter vos envois, déterminez les intérêts et préférences de communications de vos abonnés-es avant de leur envoyer TOUT votre contenu. Cette manière de procéder augmentera votre taux de clic.

Ce qui m’amène à parler des challenges ou listes temporaires. Si vous souhaitez lancer un challenge, un concours, une formation, une nouvelle liste, vous ne pouvez pas prendre la décision par vous-même de copier vos abonnés-es dans cette petite dernière en vous disant « ceux et celles qui ne sont pas intéressés-es se désabonneront ».

/ Parlez à ceux qui ont consenti à vous écouter

Par pitié, vous devez en tout temps obtenir le consentement clair d’une personne pour lui envoyer du contenu à caractère promotionnel et même informatif. Si vous lancez une nouvelle liste, parlez-en à vos abonnés-es, proposez-leur de s’y inscrire eux-mêmes en cliquant sur un lien.

Le contraire pourrait vous faire très mal. Imaginez que vous copiez votre liste de 5000 personnes sur une nouvelle liste pour un challenge d’une semaine. En l’espace de quelques jours, la moitié, voire plus, pourrait se désabonner.

Imaginez que votre liste de diffusion possède une cote de crédit et que les fournisseurs de messagerie la vérifient avant de vous laisser faire votre transaction bancaire (ou transmission d’infolettre).

Dès la séquence de bienvenue, expliquez à quoi les gens peuvent s’attendre de vous

/ Accueillez vos nouveaux abonnés

Pour éviter des désabonnements en masse et risquer de voir votre cote de crédit baisser, expliquez d’entrée de jeu à vos nouveaux abonnés-es comment vont se dérouler vos interactions. Allez-vous envoyer une infolettre par semaine, deux semaines, une par mois? Etc. Quel type de contenu peuvent-ils espérer?

Ce sont des repères à mettre en place dès le début, lorsque les gens confirment leur inscription, ils sauront à quoi s’attendre. C’est pourquoi je vous conseille vivement d’implanter ceci dans votre séquence de bienvenue. Si vous ne savez pas comment préparer votre séquence, abonnez-vous à ma formation gratuite Comment lancer une infolettre stratégiquement, une des vidéos est consacrée entièrement aux séquences de bienvenue.

/ Soyez régulier dans vos envois

Soyez régulier dans vos envois. Si vos abonnés-es s’attendent à recevoir des nouvelles de votre part le jeudi, ils ne seront pas surpris de vous voir dans leur boîte courriel et cela augmentera les chances qu’ils les ouvrent, plutôt que de les supprimer directement. La suppression constante et automatique de vos infolettres pourrait finir par vous envoyer dans les spams, sans compter que si vous utilisez votre liste une à deux fois par année, vous serez considéré comme un intrus.

Tombez-vous dans la boîte prioritaire ou dans « autre » ?

Comment tomber dans la boîte prioritaire? Grosse question simple, il s’uffit d’être sur la whitelist de vos abonnés, qui est l’inverse de la fameuse blacklist. Vous souhaitez donc que votre adresse courriel se retrouve sur la liste des « ok go, tu peux passer » du compte de messagerie de vos abonnés-es.

Comment faire? Tout simplement demandez à vos abonnés-es, encore une fois, dans votre séquence de bienvenue, d’ajouter votre courriel à leur carnet de contact et à glisser vos infolettres dans leur boîte prioritaire.

Une grosse liste mérite de petits envois  

Si vous possédez une très grosse liste, mieux vaut utiliser la fonction Batch Delivery / Envoi en différé, qui permettra d’envoyer votre infolettre avec quelques minutes de décalage entre elles pour ne pas que tous vos abonnés-es utilisant le même fournisseur la reçoivent en même temps. Gmail est très rigide sur le sujet, il se dit « Woh! Y’a 7000 personnes qui viennent de recevoir le même courriel en même temps, c’est louche! Spam!… ou en tout cas c’est de la Promotion c’est sûr ».

En résumé


Oui, une infolettre est ce qui peut vous rapporter le plus de ventes, mais votre but premier devrait être informatif et/ou éducatif, c’est pour ça que les gens vous suivent. La partie vente devrait se trouver à la fin de votre texte dans les deux dernières phrases et même en postscriptum.

Tous ces trucs vous aideront à rester hors des spams seulement si votre contenu est pertinent. Si une personne s’inscrit à l’infolettre d’un grand magasin, oui, c’est sans doute pour recevoir les promos et les coupons, mais si elle s’abonne à votre infolettre, une petite entreprise de quelques employés-es qui travaillent fort, c’est sans doute pour en retirer bien plus.

Ne manquez pas la chance que créer une belle connexion avec vos abonnés-es, posez-leur des questions afin de les faire interagir, c’est le meilleur moyen de montrer à Gmail, Outlook, et tout ce beau monde que vos abonnés-es vous aiment!

Quelques outils utiles

Isnotspam.com
Litmus.com
Mxtoolbox.com/blacklist.asp
Emailreach.com

Crédit photo : image de couverture et pin : Christine Donaldson

Photo d'un ordinateur portable fermé, une plante et une caméra photo par @ronmcclenny avec du texte par dessus écrit "11 trucs pour que ton infolettre ne tombe jamais dans les spams"
Pin cet article pour t’y référer la prochaine fois que tu écris une infolettre!
Bannière verticale faisant la promotion d'une formation en ligne gratuite pour apprendre la base du marketing par courriel et les aspects techniques

Merci de t'être inscrite! Si tu ne reçois rien, vérifie tes pourriels.

Pin It on Pinterest

Share This